Salaires minima 2017 : toujours rien en vue ! PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 03 Juillet 2017 09:00

« Ho Capitaine, mon Capitaine, je ne vois rien venir ! ». L’été est déjà là et chose inédite, la grille des minima conventionnels 2017 n’a toujours pas été dévoilée.

Découvrez les coulisses d’une négociation particulièrement corsée...


 

 

RAPPEL
Il y a un an, nous vous annonçions la publication au Journal officiel de la grille des minima conventionnels 2016.
À la clé, la réévaluation obligatoire de la rémunération de certains de vos salariés, et ce, à la veille de votre départ en congés !
Cette année, nouveau scénario : le second semestre vient de commencer et la grille des minima conventionnels 2017 n’a toujours pas été diffusée...

 

La non-diffusion de la grille témoigne des difficultés rencontrées par les syndicats employeurs et salariés pour aboutir à un accord.

C’est une grande première car toutes les grilles, y compris celles qui avaient fait l’objet d’une extension (et donc d’une application tardive en juin ou en septembre), avaient été publiées bien en amont, à savoir en janvier, février ou mars. Elles ont toujours été connues de tous, et ce bien avant l’arrivée de l’été. La seule question que vous aviez alors à vous poser était celle de la parution au Journal officiel de son arrêté d’extension.
 

Autre indice, sur le site Légifrance, en lieu et place de la grille provisoire, précédée de l’habituel statut « En vigueur, non étendu », le seul élément à notre disposition pour l’année 2017 est le procès-verbal de désaccord signé le 25 novembre 2016 par les différents syndicats signataires, dans les locaux du ministère du Travail.
Un procès-verbal qui en dit long sur l’état des négociations.

Ce procès-verbal laisse apparaitre 4 positionnements des syndicats signataires (2 pour le collège salarié et 2 autres pour le collège employeur). En voici la synthèse :

Syndicats représentant
le Collège salarié
Propositions
la CFDT
la CFTC
la FEF FO
le SPAAC
et l'UNSA

Augmenter les minima des coefficients « cadres »
À savoir passer le coefficient 385 de la convention collective au moins au niveau du plafond mensuel de la sécurité sociale, soit 3 269 € en 2017 et augmenter les coefficients suivants en conséquence.

Augmenter de + 1 % pour tous les autres coefficients.

 
La CGT
 
Augmenter progressivement les minima des coefficients « cadres » (mise en place d'un échéancier).
À savoir passer le coefficient 385 de la convention collective au moins au niveau du plafond mensuel de la sécurité sociale (3 269 € en 2017) et augmenter les coefficients suivants en conséquence.

Augmenter progressivement de tous les autres coefficients, de sorte que le premier coefficient de la grille se situe à 1 800 €.

 

 

Syndicats représentant
le Collège employeur
Propositions
la CNADA
la CNAE
la FNUJA
et le SAFE

Refuser de porter les coefficients 385 et suivants de la convention collective au niveau du plafond mensuel de la sécurité sociale.

Augmenter tous les coefficients de la grille de + 0,4 %.

 
l'AEF
et l'UPSA
 
Refuser de porter les coefficients 385 et suivants de la convention collective au niveau du plafond mensuel de la sécurité sociale.

0 % pour l'ensemble des coefficients.

 

 

Signature d’une grille à + 0,4 %, + 0,5 % ou + 1 % à la rentrée ? Négociation compromise car perturbée par les tensions à venir sur la réforme du Code du travail ?
Votre service PAIE AVOCAT continue à suivre cette affaire de très près et vous tient informé.


 


Consultez également :

 

<< Retour